Suite et fin, de “A chaque jour ses défis.”

Concentrée sur mon problème, je n’avais pas fait attention que mon arrivée hasardeuse avait été remarquée.
Alertée par un 6ème sens voir (pour les mystiques) ou tout simplement par le chien (pour les rationnel), ma belle mère sort sur la terrasse et me voit dans mon entreprise. Au même moment, la voisine (oui, oui celle du conflit, la seule) sort de chez elle avec son 4×4 et sa remorque, au lieu de s’arrêter me laissant ainsi finir cette ascension plutôt chaotique et par la même regagner le domicile de mes beaux parents, elle plante son pied sur l’accélérateur et regagne le plat avant moi, bloquant ainsi l’ensemble de la route avec son véhicule.
Toutes personnes normalement constituées ayant presque 10 ans de permi pense :
M… M… Mince y’a plus qu’à s’arrêter et marche arrière.
Je ne doit pas être normallement constituées puisque j’ai pensée :
M… M… Mince pas question de caler, donc je rétrograde (avec succès puisque de nouvelle priorité on dissout la panique). Quant à prendre cette décente en marche arrière, je ne suis pas encore suicidaire. Donc marche avant à 2 à l’heure droit sur le 4×4.
J’ai vu le sourire réjouis de la charmante voisine se transformé en “HIIIIIIIIIIII mais c’est qu’elle recule pas. Elle a pas vu qu’elle passait pas ?”
Honnêtement avec l’angle, je n’arrivait pas vraiment à évaluer la distance c’est pour ça que dans le doute les gens normaux recule plutôt que d’avoir un accident.
Mais je n’étais pas dans cet état d’esprit, j’évaluais plutôt les risques.
D’un coté : Grosse Frayeur (trop tard pour l’éviter) + plus risque de taules froissées.
De l’autre : Ravin évité jusque là.
La dame du comprendre qu’elle avait mal agi ou peut être même c’est elle demandé si je n’appellerais pas les gendarmes vu qu’elle me refusait la priorité. Aussi fit elle marche arrière sur 30 cm et permettant ainsi mon passage sur l’accotement.
Arrivée à la bergerie, mon fils allait bien (il avait vu un 4×4 et une remorque de près, de très près pour moi d’ailleur), et moi 2 grands verres d’eau et un dose de gelsenium (relaxant homeopatique) plus tard, je pouvais aborder la tonte presque sereinement.
Mais ça c’est une autre histoire. (voir 18 juillet).

A chaque Jour ses défis.

Depuis l’enfance j’ai de multiple peurs. Et je remercie mon mari qui vit avec nous toutes. Mais il y a une chose que je ne craignais pas, juste que je détestais. Puis, sournoisement, au désagrément à succéder la crainte.
Cela faisait un an que la nécessité de conduire ne c’était pas manifestée.
Avec la grossesse, il m’est devenu difficile de me rendre à l’autre bout du village chargée. j’ai donc décidé de me rendre chez mes beaux parents en voiture.
200m à faire. Certe de cote et de virage. Mais tout de même, 200m avec une bonne visibilité serait un bon préliminaire pour vaincre ma peur;
Je vous dirais qu’avec un passif comme le mien (5 permis ratés, 2 voitures à la casse et quelques taules froissées) même les meilleures statistiques ne sont pas vraiment favorable.
A lire mon blog on imagine déjà la voiture dans le ravin. Mais enceinte de 6mois avec mon miraculé attaché à l’arrière, il était hors de question qu’une telle chose se produise.
Et pourtant, ma vis ne serait pas digne des sitcoms si tout cela c’était passé sans encombre.

Comme vous le savez, un conflit de voisinage oppose mes beaux parents à l’éleveur de chevaux d’à coté. Pour regagner, leurs domiciles, à l’un comme à l’autre, il suffit de braver une cote qui même pour un conducteur émérite ne donne pas envie de stationner au milieu, quant à la prendre en marche arrière…
Je réussi à arriver sans encombre au bas de la cote. Voyant les 2 4×4 arrêtés à leurs places habituelles et la visibilité étant dégager de part et autre, je soufle un bon coup et me lance dans cette assencion tout en priant pour ne pas caler.
1 m c’est bon…
2 m c’est bon…
3 m …. ou lala la voiture commence à à tousser. M.. M.. Mince je vais caller me dis je.
Je souffle (oui encore. le yoga c’est bon en tant de crise). Pas de panique, rétrograder et laisser la 1ère faire le reste. Mais COMMENT ON RETROGRADE DANS UNE PENTE AUSSI RAIDE. souffler souffler souffler. Pour déjà réussir la première étape (pas de panique).

….
La suite plus tard (c’est un épisode de sitcom faut pas l’oublier donc…) La suite plus tard

Un petit coin de paradis.

Allonger dans l’herbe, le soleil qui brule mes jambes à travers mon pantalon.
Un chapeau sur le nez, des lunettes sur mes yeux fermés et je profite.
Non, non, je ne dors pas, on pourrait le croire, mais simplement… je profite d’un temps magnifique qui pour nous pauvre montagnard à tarder à se présenter.
Le bruit du ruisseau, le bourdonnement des abeilles qui butinent, mon chat qui malgré les risques de toxoplasmose se colle contre moi car l’herbe lui parait trop humide.
Eux aussi ils profitent, Non, non ils ne travaillent pas à préparer l’hiver, ils profitent du soleil qui pour eux aussi à trop tarder à ce montrer.
Mon fils revient criant “Moman!!!!” tandis que son petit frère en gestation me donne quelques coups de pied pour me rappeler de vivre ou peut être tout simplement de bouger.
Un mouvement mais mon plaisir reste intact, du travail nous attend pour préparer l’hiver, plantation, couture, bricolage etc… Mais sans regret j’ai pris quinze minutes à lézarder au soleil.
C’est un coin de paradis me direz vous. On peux s’y croire en vacance bien qu’elle ne soit pas vraiment là. Et bien je vous dirais, pour vous, citadins, “mettez vous sur une place ou dans un jardin fermer les yeux et laissez vous porter.”
Le bruit des klaxons, les gents qui crient etc… et bien eux s’agitent en tout sens comme des fourmis ou des abeilles tandis que vous VOUS PROFITEZ. profitez d’un moment de solitude ou les factures sont resté sur le buffet. Ou personne même pas votre conscience ne vous ordonne de faire quelque chose. Seul avec vos pensés et le SOLEIL, ingrédient indispensable à ce moment privilégié. Je vous répondrais qu’un petit coin de paradis se cache chez n’importe qui souhaite lui ouvrir son esprit.
Les soucis, les embrouilles et les problèmes ont seulement la valeur que l’on veux bien leur porter.
Un an c’est écoulé depuis que j’ai appris cette leçon, et depuis, je l’est oubliée nombre de fois. Peut être qu’en vous l’écrivant ainsi je saurais m’en souvenir lorsque l’hiver reviendra. En attendant,il me faut profiter de l’été qui arrive. Et je vous en souhaite autant, honnête travailleur saisonnier.

Pas trop de nouvelle et pourtant.

Dans notre petit village du bout du monde, la vie suit sont cours normal. De tracasserie en bonne nouvelle, nous allons vaillamment de l’avant. De toute façon il serait bien dur de revenir en arrière.
Mon chéri continu avec courage de tenter désespérément de s’installer comme Berger. Ce qui ne m’a pas empêcher d’entamer une nouvelle robe en laine pour l’hiver, de mettre en route en une nouvelle âme pour octobre, ou même de trouver un emploi de secrétaire quelques heures par semaine. Ce n’est pas grand chose mais c’est le début de nouvelles aventures. Les conflits et les amours sont ici plus présent que jamais. Et même si l’hiver perdure, endormant les esprits, les maisons commencent à ce réveiller pour préparer l’arrivée du printemps. Des couples se lie et d’autres se délient, nous ne sommes certes pas nombreux mais nous vivons les même choses banales ou extraordinaires que dans le reste du pays.
Nous passons au yeux de beaucoup d’autres comme des extravagants,parfois pour des inadaptés et bien trop souvent pour des marginaux. Mais j’aimerais rétablir ici une chose importante à dire. Nous sommes comme tout le monde. Nous avons choisi une vie différente mais tout de même nous gardons des références humaines, d’orgueil, d’amour, de peur, d’espoir. Ce n’est pas parceque nous vivons un peu à l’écart avec des réferences légèrement différentes que nous n’avons pas le désir de bonheur, la peur de l’avenir qui gagne en ce moment le pays, ou même la volonté de prendre en main un destin qui parfois apparait entre les mains de plus riches, plus forts et surtout d’inconnus.
Ces derniers temps j’ai été choqué par mon propre sentiment d’injustice ou même mon sentiment de militantisme. Depuis mon adolescence, j’ai souvent entendu dire que les choses étaient ainsi et que le mieux était de faire avec. Lutter contre, aurait été perte de temps et d’énergie. Mais je ne m’était pas rendu conte que cela signifiait que chaque génération perd un peu plus espoir dans ces capacités ou dans ces possibilité de, peut être pas changer le monde mais au moins maitrise sa vie.
Choisir = Liberté. La liberté ce n’est pas pouvoir, c’est plutot un juste équilibre entre pouvoir et devoir, avoir le choix de vivre suivant ce qui vous convient. Pas ce qui convient à la majorité comme le dicte souvent la démocratie. Mais quelque chose de plus égoiste mais aussi de plus généreux parceque “liberté pour tous” signifie qu’il faut avoir le courage de ne pas entraver tout un chacun de son propre choix.
En tout cas il s’agit là de ma réflexion, qui ne vaudra que si elle est confronter à celles d’autres. en aucun cas je ne vous impose de penser comme moi.
Soyez Libre et la plus facile des façons de l’être dans le contexte actuel c’est d’être LIBRE DE PENSER.

Tempête à Mantet

Nombre d’entre vous ont vu aux informations la tempête qui a ravagé les Landes et une bonne partie du sud Ouest de la France. Certains ont même eu le malheur de la voir s’abattre sur leur ville.
Et oui, ma vie était trop tranquille ces temps-ci puisque j’avais le temps de philosopher.
Alors …. Une petite tempête dans le scénario de ma vie?
Impressionnant? Je crois bien que c’est le terme. Terrifiant? c’est l’impression qu’on a sur le coup.
Les objets qui volent, le shiggle des toitures qui bouge, chacun rentre chez toi, observe loin des fenêtres, la nature qui a une petite colère.
Et puis… soudain…. brusquement, un bruit terrifiant fait trembler la maison, le petit garçon qui joue près de ces parents ce met sans autres raison à pleurer, alors qu’il n’y a déjà plus d’électricité, la pièce s’obscurcit et … enfin… la lumière revient. Le bébé dans les bras, on se rapproche de la fenêtre, glacé d’effroi, espérant au fond que ce ne soit pas ce qu’on pense.
Dramatique n’est ce pas ? 🙂 Mais non. Ce n’est pas l’entière réalité si du moins on s’en arrête là. Parceque les dégats sont bien moindre qu’il n’y parait. Et que dès la seconde où le toit c’est envolé, famille et amis sont arrivé pour évaluer la gravité des dégâts et si besoin été nous faire déménager dans une maison sécurisé. Dès le lendemain une solidarité c’est organisé mon toit et celui d’un autre dans le village ont été colmaté en prévision des prochaines intempéries, des générateurs ont circulé afin de protéger les denrées congelées. Et bien que couper du reste du monde, sans téléphone ni électricité, aucun d’entre nous n’était seul.
Lorsque certain ce demande pourquoi j’ai fait le choix de vivre ici, avec les risques de manque d’électricité, de manque de secour, hé bien voici un aperçu de la réponse. Si la solitude fait parti de notre vie parceque nous sommes derrière le col, eh bien je me sens bien moins seule que lorsque j’habitais en ville. Chacun avait ses problèmes et ne se préocupait pas vraiment du problème du voisin. Ici aussi, chacun à ses problèmes. Pourtant… il ne reste pas longtemps inconu de vos voisins et par concéquent c’est qu’ils s’en préocupent un peu. Parfois on y peut rien et on fait semblant de ne rien savoir mais parfois on va chez le voisin et on lui propose un soutien ….. c’est toujours ça de moins qui mine le jardin d’eden et qui nous rapproche un peu d’un monde théoriquement parfait.
Illusion ? peut être… mais c’est tout de même bon de penser que nos bonnes actions ne sont pas un coup d’épée dans l’eau.

Merci à tout ceux qui nous aider à faire face à cette nouvelle épreuve. (refection du toit, Sourire, plansanterie, etc …. tout était bon). Merci encore.

Nouvelle Année

L’année a commencé, plus que 360 jours à passer avant la prochaine :).
Tout le monde a fait ses bilans, a pris de bonnes résolutions qu’il a déjà transgressées :). Donc nous revoilà parti pour un jour comme les autres….
Mis à part…… qu’il faut dire BONNE ANNEE 🙂 à la place du bonjour traditionnel qui me convenais déjà difficilement.
Je croyais que c’était un truc qu’on disait à ces amis le jour de l’an. Que c’était d’ailleurs pour ça qu’on fêtait le jour de l’an entre ami, non? Mais non. La plupart des gens pense que je suis une sauvage parcequ’il croit que jusqu’au premier février c’est la politesse de fêter la bonne année tant qu’on ne l’a pas au moins fait une fois.
Je suis sauvée j’habite Mantet donc on conclut assez vite que je doit être sauvage. Si je ne dis pas bonne année, ça passe mieux que quand je vivais en ville. Mais pour vous autres… Désolé mais cette tradition vous est obligatoire si vous ne voulez pas passez pour un rustre.
Bon alors à vous tous qui me lisez, je vous le dis parceque je le pense, sinon, je ne me sentirais pas obligée, c’est sur. BONNE ANNEE et TOUS MES VOEUX .

Mantet aux bougies

Par ce bel après midi, en allant au gouté organisé par une des associations du village pour Noël, la neige tombant dans la vallée a provoqué un cataclysme. 10cm on suffit à couper l’électricité dans toute la vallée. rendez vous compte! De la neige jusqu’à Collioure! (Collioure est un village, où un jour, ils ont tourné Thalassa. Donc près de la mer.)
C’est fou, même un portable chargé ne fonctionne pas quand il n’y a pas d’électricité.
Mantet n’étant que priorité 3 nous voilà couper du monde. Quel pied :). Enfin pour quelques jours. voir seulement quelques heures mais bon y’a du risque, on pourrait être coincer. Que tout ceux qui souhaitent venir ici, sachent qu’ils pourraient ne plus pouvoir repartir. Hi Hi Hi … Le noir, les bougies, les enfants… ça me donne des envies de veillée et d’histoire qui font peur.

Lorsqu’il neige, IL NEIGE !!!!!! Dix ans à attendre mais enfin voilà un peu de neige par chez nous.
1 petit mètre partout dans le village et jusqu’à Marquixane (15 min de Perpignan). De la neige qui vient de la mer disent les vieux. Elle colle et elle casse tout. mais quel plaisir pour les gamins 🙂 .

Un igloo à MANTET

En ces temps de fêtes, les trêves sont souhaitable et plus facilement réalisable. On pense au reste du monde, on ouvre nos maisons à nos familles, nos amis, nos voisins. On offre une pièce à un mendiant. Ici, la neige apporte encore son lot de magie supplémentaire.
Et avec elle, nous avons vu naitre, sur la place du village, avec le travail conjugué des jeunes hommes du village, un IGLOO… Pas un petit igloo pour montrer aux enfants; mais un igloo taille adulte.
Nous connaissions déjà la yourte du Vacher, le Tipi de la rivière et viens d’arriver chez nous, une petite porte sur le grand nord, un IGLOO.
Un igloo où on peut entrer, imaginer, rêver, se cacher, ou même jouer.
Le monde est vaste et il recèle bien des trésors qu’il faut savoir découvrir. Noël est la fête idéale pour montrer, découvrir ou rêver les traditions des autres. Père Noël, divine naissance, Hanouka, Sapin, crèche, tille (catalogne pour les ignorants comme moi), santa claus (6 décembre), epiphanie (roi mage 6 janvier), Aid-el_kebir (musulman, le Selon le calendrier lunaire au dixième jour du mois de Dhou al-Hijja) ou encore au Groenland.

La bas, l’arrivée de noël, ça s’entend. Tout le monde ici aime chanter et dès la mi-novembre, les répatitions pour les festivals du 1er dimanche de l’avent commencent..
Le premier dimanche de l’avent, les gens vont de maison en maison dès 5 à 6 heures du matin chanter. A 10 heures, il y a une messe auquel presque tout le monde assiste en portant le costume national du Groenland.Parmi les décorations, beaucoup de décorations sont dessinées et découpées dans du papier de couleur : elfes, coeurs danois, bottes inuits comme dans le costume. On accroche aussi des images de noël aux murs. Et le jour de noël, on met une nappe de couleur. Tout est blanc dehors et les intérieurs sont très colorés.
Le soir de noël, on mange, mais aussi, on danse autour de l’arbre.

Joyeuses fêtes à tous. PAIX SUR TERRE AUX HOMMES DE BONNE VOLONTÉ. Et n’oubliez pas ce qu’on ne comprend pas n’est pas forcément mauvais.

Cadeaux de Noël, Calendrier 2009

Noël … Fêtes nationale qui revêt une symbolique différente d’une personne à l’autre.
Il n’en reste pas moins que le majorité d’entre nous vont se ruer dans les magasins pour trouver le cadeaux qui fera plaisir à ses enfants voir à ses parents ou à ses proches. Mais en cette période de crise économique, les loisirs créatifs revêtent une toute nouvelle signification. Suite à une publicité trouvé dans ma boite d’email. Je me suis dis :”Tiens un calendrier quelle bonne idée” (tu parle Quelle idée j’ai eu 🙁 ).
Étant donnée que je ne voulais pas payer ni frais de port, ni service spécialisé. Je me suis mise en quête de grille de Calendrier mensuel 2009 gratuite. C’est difficile mais après quelques heures je me suis rendu compte que les meilleures se trouvent dans les blogs de scrapbooking.
suite à une bonne semaines de surf intensif , voici quelques adresses :
Le premier vous permettra d’avoir juste une série de grille.
Le deuxième donne les adresses de grille, de tutoriel simpa (j’en ai testé un : http://www.tygavotte.fr/unscrapdeaaz/index.html#1), d’exemple et de kit créatif
Et Le troisième, liste une certain nombre de kits à tester et choisir.

Cela représente plusieurs bonnes journées de travail pour sortir un calendrier convenable. Et c’est sans compter la semaine que je viens de passer à chercher sur internet, la meilleure solution. J’en est conclu que le mieux restait photoshop, gimp ou un autre logiciel de traitement d’image et les quelques liens que je vous transmet. Après m’être quand même bien amusée voilà ce que ça peut donner :

Neige à MANTET

En général, je n’est pas grand chose à faire. Bon à part, la compta, le boulot à la mairie, la vaisselle, les repas, le traitement des factures, un peu de couture, quelques meubles en cartons, et n’oublions le traitement de la laine (cardage, feutrage, fillage, lavage….), m’occuper du petit canaillou qui vit avec nous, n’oublions pas non plus son cher papa qui a besoin de sa dose quotidienne d’amour (rien de graveleux, rassurer vous, juste un bisous de temps en temps et un peu d’écoute) et pour le reste, heureusement, le papa en question, fait a peu près tout le reste des corvées. Fin, en gros rien qui compte pour l’ensemble de la population machiste ou féministe, (c’est souvent pas très éloigner) de ce pays et qui ne m’oblige à sortir de mon trou.
Mais figurez vous qu’aujourd’hui, outre la visite semestrielle chez le pédiatre, j’avais prévu de me présenter auprès de la charmante perceptrice qui m’a rendu plus d’un service depuis que j’ai pris le poste de secrétaire à la mairie (soit dit en passant, je la remercie de tout cœur pour sa patience et son professionnalisme).
Hé bien… non, reste chez toi avait décidé quelques instances supérieures, en semant pendant la nuit 40cm de neige.
Nous avions bien eu quelques flocons depuis le début de l’automne mais rien qui ne donne c’est effet féerique d’hiver à la montagne.
Rien qui ne mérite non plus le passage du chasse neige ou devrais je dire des chasses neiges. Parce que…, il y a plusieurs chasses neiges…

  • Un conduit par mon charmant beau frère dans les ruelles du village. Il faut près d’une demi journée, à ce geler dehors pour passer à pied sa machine dévoreuse de neige.
  • Un autre est passé par mon autre charmant beau frère (et oui je suis vernis, ma belle mère a donner naissance à trois charmants jeunes hommes, et j’ai pris le plus beau, le plus intelligents et le plus viril ( 😉 petit clin d’oeil à ma tout aussi charmante belle soeur. ))
  • Et le troisième… celui que tout le monde connaît, conduit par les employés dévoués et … adorables je dois l’avouer de la DDE.

Toujours est t-il que je n’est pas pris le risque de rester coincer en voiture en peu plus tard dans la soirée quand plus personne ne serait là, pour passer les fameux chasses neiges.

Et voila comment à l’approche des fêtes, la neige apportant un peu de magie, bloquer à la maison, nous avons mis en place notre SAPIN DE NOËL.