Pesticides et polémique

prairie fleurie

brebis pâturant une bordure de routeLe GLYPHOSATE cet herbicide polémique,

 

Ah…. le glyphosate, arbre qui cache la foret des produits de traitement de synthèse dont certains autrement plus nocifs.

En tant qu’éleveur tuer de l’herbe revient à tuer mes brebis.
A ce jour, 250 vignerons bio s’en passent pour produire d’excellents vins sur près de 4000 ha dans le département, certains depuis plus de 20 ans, y compris dans les secteurs difficilement mécanisables de Banyuls à Maury.

Nous pouvons amener l’agriculture départementale à se passer de ce type de produits.
Nous expérimentons déjà des méthodes alternatives, par le biais de couverts végétaux qui luttent aussi contre l’érosion, certains viticulteurs testent de mettre des brebis dans les vignes l’hiver comme cela pût se faire jadis.

Avec le CIVAM, les GIEE, les centres d’expérimentation, la Chambre d’agriculture et la formation agricole nous avons les moyens, dans ce beau pays catalan, d’amener les agriculteurs à se passer des pires produits phytopharmaceutiques.
Nous pouvons montrer dans la diversité de nos productions, l’excellence des produits agro-écologiques à haute valeur environnementale que nos agriculteurs bios produisent. Nous sommes prêts à accueillir nos voisins conventionnels pour échanger sur nos techniques, les accompagner et aller ensemble vers des pratiques saines pour tous.

N’opposons pas les agriculteurs conventionnels et Bios car les conventionnels seront les bios de demain, les citoyens ont un rôle vital dans cette transformation de l’agriculture.
Par notre acte d’achat nous pouvons influer positivement sur la production, en choisissant ce qu’on mange, en donnant le meilleur à nos enfants et en permettant aux paysans bio de vivre de leur production.

Mathieu Maury

Président du CIVAMBIO 66

Descente d’estive

descente d'estive
brebis et agneaux en estive
brebis en estive 2018

Ça y est, l’été est fini. Les arbres rougissent et les sommets blanchissent.
Lola, Olivier et Mathieu sont donc parti aider Stéphane, le berger d’estive, à chercher les brebis égarées dans les montagnes.
Ensemble, les bergers vont réunir leur troupeaux pour les conduire au chaud dans la bergerie.
A la Garbelouse, le troupeau sera trié et chaque brebis et chaque agneau retournera avec son son éleveur. Certaines rentreront chez elles en camion d’autre à pied mais les notre seront arrivées. Achille (le patou) et Cachou  (le border colley) sont super content de retrouver leurs copains, copines.
Pendant encore quelques jours, à tour de rôle ou ensemble il monteront chercher les quelques retardataires.
Les agneaux qui descendent d’estive ont à peu près 6 mois et seront livrés à tous les chanceux ayant commandé courant Novembre et Décembre.

Le mode été

Enfin les vacances ou presque.

Dès le 2 Mathieu a monté les brebis en estive. Avec Charles-Elie, nous l’avons accompagné sur un bout de cami-ramade.
Le 4 il redescendait et le 5° membre de notre équipe de choc est arrivé
Nous étions donc au complet pour nous rendre dès jeudi  à mon premier marché. Le Marché Gourmand de la Vallée de la Rotja. Tous les jeudi soir dans un des 5 villages de la vallée (Fuilla, Sahorre, Escaro, Py et Mantet) vous pouvez me voir avec mes créations feutrées sur le marché. Bien sur on ne trouve pas que moi, on trouve aussi (Sophie, Suzie, Nadia, Paul et Cécile, Paul, Jean-Marie, Angèle etc ….) On peut y découvrir des gens, de l’artisanat local (cuir, bois, laine, poterie)  et aussi des saveurs, des odeurs et des animations.
Vendredi, le travail de lavage, de teinture, de créations reprenait. Mais aussi la construction de la bergerie. En espérant la finir pour la fin de l’automne.

L’été ne sera pas seulement chaud, il sera aussi actifs. A plus

La tonte

Je vous avais dit que la tonte serait une autre histoire et bien la voici.
Ceci est le poème que j’ai réciter lors du marché gourmand de Juillet.

Lorsque je t’ai rencontré, je ne t’ai pas reconnu et j’ai continué de te chercher.
J’ai suivi de nombreuses directions, Et un jour tu t’es représenté…
Revenu vers moi, je t’ai redécouvert;
Mais je n’avais toutefois pas compris et j’enviais mon voisin qui lui… avait trouvé ce que je cherchais.
Résignée à vivre mon bonheur et mon amour tout de même,
j’ai cessé de chercher et j’ai continué ma route.
Parfois la compréhension vient plus tard, quand on ne s’y attend pas.
Pourtant, tu étais là, je te savais spécial et que jamais tu ne me quitterais.

Je suis rentrée dans cet endroit des centaines de fois,
sans jamais éprouver ce que j’ai ressenti aujourd’hui.
« Le jour de la tonte, la bergerie devient comme une église » m’a t’on dit.
Je ne suis pas sure que ce message signifiait ce qu’il a fini par dire.
On m’avait parlé de vocation, d’illumination,
Et si au fond j’en rêvais, cela était resté très abstrait.

Une sérénité qui gorge vos veines, Gonfle le cœur, votre esprit qui s ‘échappe,
Et soudain vous comprenez :
« SANS TOI JE NE POURRAIS PLUS VIVRE ».

J’aime un homme plus que je ne saurais aimer.
J’aime nos enfants plus que je ne saurais vous décrire.
Aujourd’hui, je sais et je comprend qu’un seul métier coule dans mes veines.

Ce n’est pas la main sure du tondeur,
La caresse rassurante du berger à sa brebis
ou même la multitude de possibilité qu’offre la laine brute, qui m’a fait réaliser.
La passion n’a besoin d’aucune raison.
Je suis juste victime de l’illumination.
Savoir qu’on a trouvé sa place est un sentiment merveilleux.
Le ressentir au plus profond de son âme est un sentiment… MAGIQUE.

Mon homme me réchauffe le cœur les jours froids,
Nos enfants me rafraichisse l’esprit les jours chauds,
Et cette lumière éclairera mon âme les jours sombres.