Secourisme à mantet

Le Conseil Général des Pyrénées orientales a décider d’équiper toutes les petites communes rurales d’un défibrillateur suite à une formation de base.
Nous nous sommes donc levé de bonne heure et non de bonheur, en ce samedi matin pour suivre le fameuse formation.
Au vu du froid et de l’heure tardive, j’ai pensé que les élèves ne seraient pas très nombreux. Et pourtant tous les habitants sociables de Mantet étaient présent soit 12 personnes, la moitié de la population Mantetaïre. Bien sur, ce n’est pas pour faire dans le social que les gens s’installent dans ce village donc 50% ou un peu moins c’est un beau score surtout un samedi matin, sans apéro promis, par un froid neigeux.
Nous nous sommes donc réunis dans la mairie, pour attendre le pompier, qui s’était lever beaucoup plus tôt que nous, pour venir de Font-Romeux.
Savez vous quelle est la première question que ce pose une femme dans ce genre dans ce cas : les hommes sèchent n’est ce pas? Mais les femmes ont sûrement une idée, parce que, ce n’est pas moi, qui l’est dit la première :
Alors que je regardait la marque de sa voiture (oui oui messieurs, j’ai des théorie très intéressante sur les marques de voitures) l’une de mes voisines demanda : “il est beau?”. Je ne répondis pas; mon mariage est trop récent, pour que c’eût été avisé. Mais oui effectivement, il était charmant.
Quelle est cette légende urbaines qui veux que les pompiers soit réputé beau gosse? Et par quelle miracle arrive-t-elle à se maintenir à l’heure des photos numériques et de la communication internationale? Que celui qui trouve un contre exemple à cet adage m’envoie un post avec photo nous le diffuseront afin de mettre fin une bonne fois pour toute à ce cliché.
Bon, toujours est t’il qu’au vu des derniers évènements qui n’ont pas seulement affecté ma famille, nous étions là pour une raison sérieuse et légitime.
Passé les informations de base sur les numéros d’urgence, nous apprîmes que le 112 a la gentillesse de vous mettre en attente en cas d’urgence et que le 115 c’est pour le pauvre type qui déciderais de vivre dans la forêt ;).
Ils nous a aussi conseillé de menacer les secours, qui, comme cela était arrivé pour mon fils, refusent de faire venir l’hélicoptère en cas de véritable urgence.
Donc le premier conseil ” FAITES VALOIR VOS DROITS” quitte à faire intervenir le 17 <– la police (pour ce qui l’ignorent).
Nous avons suivi une formation complète de premier secours : Évaluer la situation, Ne vous mettez jamais en danger pour un sauver un tiers (si vous êtes mort vous n’êtes d’aucune utilité), Position latérale de sécurité si personne consciente, APPEL des SECOURS, Bouche a bouche, massage cardiaque (SSI la tête est toujours accrochée au corps, que la personne n’est pas raide (et ce n’est pas une figure de style), que son visage n’est pas en bouilli et qu’il est inconscient <– Humour de Pompier ) , premier secours des nourrissons, etc …
Une formation légèrement théorique et aussi pratique, dans un soucis d’hygiène, nous avons allègrement mélanger nos microbes dans un mannequin prévu pour les exercices. Je dit bien DANS parce que nous avons soigneusement désinfectés la bouche dans laquelle nous soufflions allègrement.
Se fut très instructif, peu monotone, et même mon poussin a appris la position latérale de sécurité (2 ans et il connaît déjà les bases du secourisme, un génie, ce petit, moi j’vous le dit 🙂 ).
Je recommande donc à tous de suivre ce genre de formation lors quelle se présente. Contrairement à ce qu’on peut penser, elles ne sont pas toujours payante, mais par contre elles apportent toujours quelque chose. Il suffit parfois d’un peu plus de sang froid en cas de problème pour mieux en gérer les conséquences.

MESDAMES, MESSIEURS, drogués de l’information et autres, CA N’ARRIVE PAS QU’AUX AUTRES.

Gendarme à Mantet

Lorsqu’on lit le titre, on s’imagine un Louis de Funes en train de traqué des extraterrestres dans mon village. Pourtant il s’agit là d’affaire sérieuse. Les conflits ont toujours été présent à Mantet, de petits conflits, ne mettant en cause que les divergences d’opinion, et de plus gros conflits, allant jusqu’à la détérioration d’un domicile, par exemple. Pourtant rare sont les fois où les habitants en sont venu à faire appel à la police.
La liberté ici revet une signification toute particulière. Est-ce les grands espaces, le petit nombre d’habitants ou une autres raison ? Qu’importe. Toujours est il qu’ici le proverbe “La liberté des uns s’arrête ou celle des autres commence ” n’a pas court. Cela a donné lieu à certaines dérivent que je laisserais mon beau père vous expliquez avec ses mots dans les lignes qui suivent.

“Histoire d’un petit bout de fil plastique

Nous sommes le 30 juin 2008. Les brebis allaitantes partent à la tombée du jour pour l’estive, où elles vont passer 3 mois sous la surveillance du berger. Le 1er juillet, après la traite, je conduis mon troupeau de laitières, 80 en tout vers les pâturages du ressec. En traversant le village pour prendre le chemin du Serradet via le Ressec, il faut à peu de chose près 15 min de chemin et le soir pour revenir 15 min, une demi heure par jour de marche. Il faut savoir que pour des laitières, qui marchent une demi heure par jour, cela représente fatigue, énervement et au niveau de la production, cela ce traduit par une perte de lait.

Alors, pourquoi ce choix? Il y a 18 ans, les laitières passaient au dessus de la cavale, traversaient le territoire des chevaux, et regagnaient le Ressec par le haut. Trajet plus court et plus facile.

Du jour au lendemain, Eric Loux s’est opposé fermement à ce que les brebis passent chez lui, remettant en cause notre pratique. Après une réunion en présence de Lucien Pagès, conseiller agricole du Conflent, aucune médiation n’a été trouvée. Eric est resté sur ses positions et après réflexion, nous avons décidé d’emprunter le chemin communal, qui donne accès à toutes les parcelles du village jusqu’au ressec, comme il en existe partout sur le territoire de la commune. Les anciens les entretenaient et les utilisaient car cela faisait parti des us et coutumes, qui sont toujours en vigueur.

Nous nous retrouvons,donc, sur le chemin du Serradet en partance pour le Ressec. Les brebis ont tout de suite compris leur destination. Elles sont serrées derrière, la tête en l’air, les naseaux écartés, prises d’une frénésie rien qu’à l’idée de manger des fleurs et de sentir ce parfum d’estive, qui descend du « caillau » et les enivrent. Une fois arrivées dans le prés, elle mangent jusqu’à la grosse chaleur, aux environ de 12H-13H. Ensuite, elles dorment à l’ombre des noisetiers jusqu’à 17h, heure du retour à la bergerie,de la traite, et enfin, de sortir jusqu’à 22h dans les champs sous la bergerie, toujours gardées. Elles vont prendre ce rythme soutenu pendant deux mois, Juillet, Aout. Septembre, plus relax. Il faut arrêter de tirer le lait. Elles doivent se retaper avant l’hiver.

Fin septembre, elles ne reviennent plus le soir par le village, mais longent la rivière jusqu’au torrent de ferradou, traversent la piste du captage, ensuite, nous rempruntons un ancien chemin réouvert par mon fils Jean, ce qui nous permet d’éviter le territoire des chevaux, qui s’arrête à la barrière en fer pour une partie et qui, pour l’autre, reprend au torrent du captage et s’étend jusqu’au Clots. Il va de soit, que de la barrière au Ferradou, et de la rivière au raz de la Pinouse, ce territoire fait parti de notre parcellaire d’exploitation.

Je vous fais grâce de tous les délais administratifs, déclaration DDA, Ecocert, agence Bio, DSV, de tout cet attirail de conventions, engagements, sous-locations. Il ne faut retenir que les engagements qui nous lient par contrat: la contrepartie des financements public ( Ecoconditionnalité, maintient de la biodiversité, ouverture des milieux… ( je peux communiquer des textes)).

En deux mots, pour faire plus simple, tout en restant dans l’esprit de toutes ces mesures liées au pastoralisme, l’EARL, Bergers de Mantet est rémunérée par une partie de l’argent public au travers de la PHAE, de L’ICHN, et des DPUs afin d’entretenir les territoires déclarés et d’augmenter l’autonomie fourragère en apportant des corrections aux pratiques pastorales (éviter les drailles, qui à terme sont sources d’érosion, favoriser la revégétalisation de certaines zones sensibles par la diminution des cadences de pâturage …). Cet objectif que nous nous sommes fixée, Maryse et moi, aidés de temps à autre par nos enfants, est un défi.

Le temps nous est compté. Soyez certain que le jour, où nos dirigeants décideront de ne plus affecter autant de crédit pour les raisons expliquées plus haut, si nous n’avons rien fait ou entrepris, le processus de désertification s’enclenchera. Il est encore temps, au prix de quelques efforts, de redresser la barre. Nous avons tout à y gagner. Peut être, je rêve un peu…

Il est temps pour moi, d’en revenir à nos moutons. Et d’ailleurs, nous les avons laissés au raz de la Pinouse sur le chemin qui surplombe le Ressec, qui n’est autre qu’un ancien canal d’arrosage, qui part du Ferradou et arrosait les prairies de part et d’autre du Serradet. Une fois la Pinouse passée, le troupeau s’étend sous le clot de la Pinouse et dévore avec appétit le genet sagitté, qui atteint 20cm . Tout le mois d’octobre, je vais les faire manger en bordure de forêt et en dessous, le versant exposé à l’ouest, avant les premières gelées et la neige. Pour les rentrer à la bergerie, je longe le parcellaire des chevaux jusqu’au virage de Chantal, et là, j’emprunte la route pour éviter qu’elles ne pâturent de part et d’autre, de manière à garder des réserves pour plus tard, lorsqu’elles seront dans le 4ème mois de gestation. Je quitte la soulane par la route pour la Garbelouse et je les fait descendre en oblique à la pointe du parking. Une fois tournées, elles rentrent, tout plat, à la bergerie. Pour réaliser, ce parcours sur la route, sans pénétrer de part et d’autre, il m’a fallu une semaine de travail avant que les chiens ne comprennent et trouvent leurs marques. Il est vrai, qu’il serait beaucoup facile du clot de la Pinouse de descendre en oblique pour arriver à la bergerie, en traversant chez les autres, en leur mangeant leur réserve etc … Tandis qu’en gardant mes bêtes, je respecte les réserves fourragères de mes voisins et je gère les miennes en fonction de l’état physiologique de mon troupeau.

Tout le mois d’octobre s’est bien passé les brebis ont pâturé en toute quiétude. Il y a quand même eu quelques débordements de chèvres et de chevaux à Jacques. Après quelques échanges par téléphone, les choses sont rentrées dans l’ordre, pour l’instant. D’autres fois, je serais allé pâturer sur le territoire des chèvres en forme de protestation. Mais à bien y réfléchir, cela serait cautionner un mode de pâturage anarchique qui n’apporte que conflit, guerre et, au niveau du pâturage, l’appauvrissement, sans aucun doute, des ressources fourragères.

Les brebis ont besoin d’amour et de soins pour vivre, il en est de même pour la végétation.

Nous arrivons peu à peu à l’histoire du petit fil en plastique. Aux alentour du 11 novembre, Mme Martin veuve Loux ramène ses juments au dessus de la cavale. Le soir même, elles pâturent ce que j’ai protégé de mes brebis pendant toute une partie de l’automne. Aussitôt, cela ne fait qu’un tour dans ma tête: Mon travail est foulé au pieds, les réserves de mon troupeau, mon unique source de revenu, pillées avec mépris. Je décide alors, d’envoyer une lettre recommandée avec accusé de réception à Jacques Cazenove, Angéline Cazenove, et à Florence Martin veuve Loux, leur demandant de bien vouloir respecter les limites de mon parcellaire, afin de protéger les ressources fourragères destinées à l’alimentation de mon troupeau, comme il est prévu dans le contrat de sous location : « le preneur s’opposera à tout empiètement sur son territoire. ». La présidente du G.P. n’est pas censée ignorer tout ce que je viens de vous expliquer.

Aussi, j’en conclu que les membres du G.P. cités, d’un commun accord, imposent une pratique anarchique du pastoralisme, dont je suis victime.

Un G.P. est un outil de travail dont la compétence est d’organiser l’estive. Force est de reconnaître, qu’il est utilisé comme moyen de pression et comme contre pouvoir, afin de maintenir et de nourrir les conflits.

A qui profite la situation conflictuelle? Je vous en laisse seul juge.

N’ayant aucune réponse à ma demande par lettre recommandée, si ce n’est l’accusé de réception, je décide de passer à l’action. Avec l’aide de mes fils, nous implantons sur mon parcellaire, une clôture mobile dont vous connaissez l’emplacement. A ce jour, l’acte est symbolisé par un fil en plastique, qui dans l’urgence protège mes ressources.

Ce petit bout de fil plastique, pas très élégant il est vrai, va déclencher, à notre encontre, des menaces de destruction. Le passage à l’acte a lieu le 17 Novembre. Afin de préserver mon droit, je décide, conjointement avec Maryse, de déposer une plainte en justice pour « menace de dégradation ou détérioration faite sous conditions ». Nous nous sommes orienté vers ce choix pour éviter l’escalade de la violence. Nous ne vivons pas au moyen age!

Voilà, je tenais à vous informer personnellement des faits, à vous faire partager mes préoccupations de berger.

Mantet Le 12 décembre 2008.”

Il n’est pas tant question ici de droit que de respect. Vous qui vivez en ville, en banlieu ou ailleur, n’avez surrement pas les préoccupations d’un simple berger. Pourtant, chacun d’entre nous voit un jour, ces valeurs, son travail ou son bien remis en question. La question est: Est on près à agir pour protéger ce qui nous cher? Et si oui, qu’est-on près à faire ?

Ce lancer dans la couture. Courage!!!

Après avoir surfer des heures, mon témoin, une fille super optimiste, m’a dit : On a qu’a essayer.
Voila un site génial pour toutes celles qui veulent essayer : http://easyfaeriecostumes.free.fr/
J’ai donc sortit l’ensemble de mes fripes et je me suis rendu compte que j’avais sur place à peu près tous ce qui fallait pour faire la robe de mariée sans aller acheter de coupon de tissu.
– Donc Un corset (trouvé sur le site plus haut)

– Une jupe de base
– ET des volants avec pleins de ruban
Et là les autres se disent mon dieux qu’est ce qu’elle va fabriquer.
LA JUPE DE BASE
ET Voila quelques photos de ce que ça peut donner.
A noté c’est que de la recup.
A gauche Les photos prises lors du dernier essayage. Soit dit en passant c’est une galère de tester sa propre robe.

Ça doit être plus pratique quand on le fait sur tiers 🙂
Je vous confirmerais ça l’année prochaine quand je ferais la robe de mon témoin.
Enfin c’était une grande aventure et je me suis régaler. Lancez vous ce n’est effectivement pas si compliquer que ça. Et prochainement je mettrait en ligne le patron et les étapes de réalisation

Préparatif

Une nouvelle saison arrive à son terme. Mon chéri va enfin se décider à quitter les brebis des autres pour rejoindre sa famille. N’y croyez pas trop parcequ’il ne reviendra que vers le 15 septembre.
Y’as plus qu’as préparer le passage à l’hôpital pour le bébé, le mariage parceque nous avons décider de nous marier. Et tous les autres petits détail de l’automne comme les boutures pour le jardin, les conserves etc …. Voir prochain LA ROBE DE MARIEE

Discipline et rigueur de vie

Lorsqu’on lit le titre, on se croirait à l’armée.
Mais lorsque l’on vit en ville, notre vie est automatiquement rythmé par le Métro, boulot,Dodo. lorsque l’on a des enfants se rythme se module grâce aux lever,école/activité,devoir, coucher. Mais grosso-modo le système reste 5 jour de boulot 2 jour de pseudo congé où on cale courses, corvées ménages et autres activités du WE indispensables au bien être (manger-bouger les gens) et j’oubliai le jour béni du dimanche ou personne en France ne reçoit de factures.
Il s’agit là d’une discipline. Lorsque vous êtes sans emploie ou travaillant chez vous, personne mis à part le facteur ne peut vous imposer ce rythme. Bien sur nos chères têtes blondes nous rappellent qu’un jour ou l’autre nous devrons nous calquer sur le rythme imposé.
En vivant dans la montagne, le rythme imposé est souvent soumis à un autre rythme plus immuable et plus doux au cœur, Le rythme des saisons…
Une heure chaque jour, j’essaie d’amener les deux enfants qui séjournent en ce moment chez moi dans le jardin où nous pouvons toucher du doigt la force du temps. Un travail perpétuel à recommencer chaque fois mais toujours différend. Chaque mauvaise herbe ou chaque fraise récolter leur donne une autre notion du temps qui passe.
La discipline, c’est une regle auquel on se tient pour une raison ou pour une autre. La rigueur… c’est d’y réussir .
Rien à voir avec l’armée, désolé…
Mais pour tout ceux qui se battent contre l’ordre établi, qui sont pour le chaos.
Je les convie à réfléchir à leurs habitudes, leur rythme qui ne convient surrement qu’à eux comme le mien ne conviendrait à personne.
Je suis comme je suis, je ne ressemble à personne mais je suis semblable à beaucoup d’autre en ça.

Ps: Aujourd’hui Une année de plus c’est écoulé pour un petit garçon cher à mon coeur.
Je t’aime petit Nathan.

Le tourisme et les touristes

La saison touristique vient de commencer et si elle se finit en Aout. Les touristes seront la jusquà Toussain.
Partout où vous irez les touristes sont vu avec le regard complaisant de celui qui habite là. Lorsque vous vivez à Mantet, la plupart des touristes envie cette chance d’habiter un coin de paradis. Mais tous les jardin d’Eden ont leur serpent. Et si en allant visiter certaines villes ou pays que vous aimez vous vous demandez : quel est ce serpent? Aucun touriste de Mantet ne se pose la question.
Comment faites vous vos courses? comment fait on en cas d’urgence? Comment pouvez vous vivre loin des cinemas et des musées? Ces questions reviennent et elle représentes toutes un serpent. Mais tout les résidents ont eux aussi ce regard compatissant. Je fait mes courses comme tout le monde, avec les navets qu’il passe en ce moment au cinéma je ne loupe pas grand chose, et en cas d’urgence on fait comme en ville on appelle les pompiers et on panique.
Cela pourrais être drole si cette curiosité sans danger ne nous transformait pasen étrange animaux de cirque que l’on vient voir dans son milieu naturel.
Regarde il y a un bébé!! Ai je entendu ce matin. (Maman humaine, a eu bébé l’année dernière. Aussi, il grandi bien).
Si la normalité est de vivre en ville; alors, que font tous ces touristes à la campagne.
Aurait il envie de devenir anormal? ou tout simplement d’être spécial? Pour vivre ici, il ne faut pas être spécial mais il faut être courageux et renoncer à quelquechose.
Notre serpent n’est pas aussi évident qu’il y parrait mais pourtant il est là et il est différent pour chaque résident. Il s’agit de cette chose auquelle on tenait lorsque nous habitions en ville et auquelle nous avons renoncer pour tout le reste de l’eden. (LA POMME est notre serpent).
Je pourrais m’expliquer mieux en disant simplement que tant que des Hommes vivent à coté, il y a des embrouilles. La pomme, nous y avons renoncé, mais régulièrement elle vient nous tenter et elle nous rend serpent avec notre prochain.

Secour en montagne

Lorsque vous allez en montagne, vous vous demandez souvent comment cela se passe en cas de pépain. Eh bien, j’ai eu un pépain et j’ai pu comparer la théorie, à la réalité. En théorie un hélicoptère est dépéché par le samu en cas d’accident grave. Un bébé qui tombe du quatrième peut être concidéré comme un accident grave. En montagne, la solidarité est souvent mise à l’épreuve et malgrés les erreurs de communications qui peux y avoir tout au long de l’année. Vous pourrez compter sur vos voisins. Du message de réconfort raté, à l’appel des secours pendant que vous vous occupez de la victime. Plus fiable qu’un hellico, les voisins, les randonneurs, les Hommes sont ceux qui vous apportes les premiers soins. Ensuite votre détermination fait la différence. Nous avons donc conduit notre enfant à la rencontre des pompiers qui pendant ce qui fut l’heure la plus longue de ma vie ont été d’un très grand secour. Vous pourrez suivre tous les cours de secour d’urgence. La théorie n’est rien à coté de votre instinct de survie et de celui que vous aimez. Pendant que j’était dans cette ambulance a faire un trajet de Deux heures en seulement une. J’ai du donné à mon fils des raisons de gagner ce qui je l’espère sera le plus gros combat de sa vie. Et à ce moment, les raisons de vivre auquel vous pensez vous parraisse si faible. L’amour d’une fille, une glace chocolat, un parfum que vous n’avez pas gouter, quelqu’un qui vous apprendra et que vous n’avez pas encore rencontré. En réflichissant, cela n’a rien de stupide, mais il est dur de trouver la phrase qui lui dira “oui je veux vivre et je me battrais pour ça”. Et vous, vous battriez vous ?

Un rêve

Tout les enfants ont des rêves. Quand je serais grand. Pour les adultes c’est plus rare, on a plutôt des projets. Et un jour, on se demande : Que son devenu ces rêves qu’on faisaient enfant? Mon homme à moi, il avait un rêve. Et attendant la venu de mon poussin, je me suis souvent demander ce que je voudrais qu’il retienne des nombreux enseignements qu’on essaierait de lui faire parvenir. Et justement, je voulais lui prouver qu’avec du travail, de l’abnégation nos rêves pouvaient devenir réalité. Et là le REVE est devenu un DEFI, aujourd’hui c’est même un PROJET. Mais n’oublions pas que mon poussin a aujourd’hui 21 mois c’est donc que tout est possible mais pas forcement évident. Toujours est il que j’ai donc profité de l’opportunité du congé parental pour déménager dans le village où avait grandi mon homme et tenté de mettre son Rêve à execution.
Voilà comment j’ai attéri à MANTET village de 25 habitants (nous compris), tout au bout de la route. Oui, oui vous avez bien lu j’habite au bout de la route. Après il n’y a plus ni village, ni maison, ni possibilité de mettre sa voiture, ni même la France parcequ’après c’est l’espagne.

Le début d’une histoire

L’histoire commence de façon très banale. Une histoire d’amour entre un homme et une femme. Je vous passe les détails de la rencontre banale… sur internet. Ils s’aimèrent et se mirent en couple au bout de 3 mois. Mais tout ça est très banal. C’est là que tout ce complique. Tous les couples connaissent des haut et des bas. Des coups de gueules, les soucis du quotidien, un crédit, le coup de la vie, un emploi pourris, un licenciement économique, la voisine qui fait du gringue à votre chéri. Fin bon, vous connaissez. Tout ça, c’est ce qu’on appelle la vie réelle. Les petits soucis en général on en a un, voir deux, on les cumule pas non plus, tous les mois. Mais imaginer que vous vous mettiez en couple à 80 bornes de votre boulot, (amour longue distance rien de très particulier) avec un mec marié (houla de l’adultère) en attente du jugement de divorce qui a déjà un enfant (une famille comme on les aime… recomposée). Les choses ce complique donc. Entre l’ex femme et le bébé d’une autre, vous forgez des liens particulier et songer très sérieusement à changer de métier. C’est donc ce que j’ai fait et 2 ans plus tard nous envisagions notre propre Bébé tout juste accoucher je décidais de suivre mon homme dans son rêve.
La vie est bien trop compliqué pour qu’elle n’est qu’une saveur tiédasse pensais je.